Genres et sous-genres en Fantasy 
 
La Fantasy 
 
La Fantasy, assimilable au merveilleux et imparfaitement traduite par Fantasie, est une catégorie des littératures de l'imaginaire, avec le Fantastique et la Science-Fiction. Elle s'en distingue par son traitement du surnaturel. Celui-ci est accepté comme une composante de l'univers, jusqu'à poser des axiomes en conflit avec les lois de la nature. Il est par conséquent normal de croiser des créatures bizarres, de visiter des mondes impossibles et d'utiliser de la magie. 
En revanche, dans le Fantastique, le surnaturel opère une rupture en s'immisçant dans le monde réel. Pour cette raison, il est source de peur, d'angoisse, d'effroi. Il n'en brave pas moins les lois de la nature, mais d'une manière anormale. 
De son côté, la Science-Fiction invente des possibles futurs. Il ne convoque pas le surnaturel, même si parfois, certains aspects s'en rapprochent fortement. Mais il aura toujours recours à un autre artifice, génétique, virale, robotique, etc… pour ne pas les nommer "magie". La Science-Fiction ne prétend pas affronter les lois de la nature, seulement les prolonger avec plus ou moins de fidélité. Car les découvertes scientifiques invalident régulièrement les projections romanesques. Toutefois, la quête d'un auteur de Science-Fiction n'est pas de coller à la réalité, de prédire l'avenir, comme l'a fait Jules Verne, mais d'interroger le présent par le truchement de progrès technologiques exacerbés. 
 
L'Heroic Fantasy 
 
Au commencement, le terme d'Heroic Fantasy est employé pour désigner la Fantasy. Ce style de littérature en est encore à ses débuts et n'a pas pris cet essor qu'on lui connaît aujourd'hui, où de nombreux auteurs ont apporté leur pierre à l'édifice, et amené par leur imagination à la création de sous-catégories. 
L'Heroic Fantasy se traduit à raison par Merveilleux Héroïque, ou Récit Héroïque, dénominations qui n'apportent finalement aucune indication temporelle, notamment médiévale. Ainsi, l'appellation Médiéval Fantastique est erronée, et à double titre puisque Fantasy et Fantastique ne sont pas synonymes. 
L'Heroic Fantasy renvoie donc à des récits héroïques ou épiques, à la fois imaginaires et improbables, ce qui est admis comme tel par le lecteur ou le spectateur. Autrement dit, ces récits renouent avec la tradition épique de la chanson de geste, voire des récits mythologiques, mais le lecteur, ou le spectateur, sait pertinemment qu'il s'agit d'un univers factice, créé de toutes pièces, irrationnel, en violation des lois de la physique. À aucun moment il n'accorde une quelconque véracité à ces récits qui demeurent pour lui une fiction. En outre, l'Heroic Fantasy n'est pas ancré dans la tradition culturelle ou religieuse comme le sont les chansons épiques du Moyen-Âge ou les récits mythologiques. Ce genre regroupe un style de narration dont la seule finalité est de divertir. 
L'Heroic Fantasy, et parallèlement la Fantasy, naît avec Conan le Barbare de Robert E. Howard dans les années 1930, et sera rejoint par J.R.R. Tolkien et sa trilogie dans les années 1950. Conan le Barbare est toutefois affublé du genre Sword & Sorcery. Cette dualité entre l'épée et la sorcellerie marque l'opposition entre la force brute de l'aventurier et le surnaturel du magicien et des divinités. Les récits de Tolkien font évoluer le héros vers un personnage vertueux et respectable, incarnation du Bien combattant le Mal. La magie devient un moyen, même si, à l'instar de la technologie, elle dénature le monde. 
Dernière précision : l'ancrage de ces histoires est lointainement terrestre, comme pour se donner une légitimité historique, qui n'est qu'illusion. 
 
La Dark Fantasy 
 
La Fantasy s'étant créée sur le fondement de l'Heroic Fantasy, des auteurs comme Michael Moorcock et son Cylcle d'Elric l'ont conduit à dériver vers son pendant naturel, la Dark Fantasy. Dès lors, le héros devient le terrain de l'affrontement du Bien et du Mal. La frontière entre les personnages est d'autant plus floue qu'ils obéissent non plus à des impératifs moraux mais à des intérêts personnels ou des pulsions intérieures. Il n'y a plus d'un côté les gentils, aux actes irréprochables, et de l'autre les méchants, évidemment cruels et agressifs. Le genre se veut donc plus réaliste, plus sombre, plus violent. 
Certains récits s'inscrivent dans un contexte médiéval, considéré comme un âge de ténèbres où la sauvagerie était la règle. Historiquement, cette vision est totalement erronée mais les clichés couramment répandus entretiennent ce fantasme d'une époque déshumanisée. On parlera alors de Gritty Fantasy, que l'on pourrait traduire par Fantasy Rêche. 
D'autres histoires lorgneront plutôt du côté de l'horreur, jusqu'à tutoyer le Fantastique. Car le genre horrifique est basé sur la peur, et donc sur le surgissement d'un surnaturel impossible et terrifiant. 
 
La Light Fantasy 
 
Dès 1940, la Fantasy fait l'objet d'une nouvelle déclinaison, cette fois-ci dans le domaine de la dérision, que l'on nommera la Light Fantasy, ou Fantasy Burlesque, ou Fantasy Humoristique. Elle parodie volontiers l'Heroic Fantasy, mais pas la Dark Fantasy dont elle est l'antinomie. 
En 1969, Bored of the Rings (ou Lord of the Ringards, traduction parue en 2004) a ouvert le bal suite à la parution du très sérieux Seigneur des Anneaux, et Terry Pratchett popularisera le genre avec ses Annales du Disque-Mondes et l'édition en 1983 du Disque-Monde. 
Toutes les formes de comique sont admises, mais on lui reprochera généralement l'approximation de son fil scénaristique et l'absurdité parfois poussée à son paroxysme, l'un et l'autre entachant la crédibilité de la narration. 
 
La Science Fantasy 
 
La Science Fantasy est un clin d'œil à la Science-Fiction qui signifie que certains récits relèvent davantage de la Fantasy que de la Science-Fiction. La Science Fantasy est à rapprocher du Space Opera, terme lui-même dérivé de Soap Opera, décrivant des récits faciles, et a fortiori narrant des aventures spatiales épiques. 
Je pense tout particulièrement à la saga Star Wars dans laquelle on assiste à la quête initiatique d'un jeune chevalier qui ignore l'étendue de ses pouvoirs, et qui combat le Mal pour sauver l'univers d'un empire tyrannique. À aucun moment il n'est question d'aborder les problématiques liées au progrès technologique. Le vide spatial se traverse tel un océan, et les planètes se visitent comme des îles exotiques dont l'unique ville constitue le port. L'espace y est paisible, figé, et les lois de la physique des broutilles secondaires. Sous ses dehors modernes, la Force n'est qu'une magie parmi d'autres, mais qui ne dit pas son nom. 
 
La High Fantasy 
 
La High Fantasy est une invention tardive dérivée de l'Heroic Fantasy et s'attachant à englober le Seigneur des Anneaux de Tolkien. Ici, le héros fait souvent l'objet d'une quête initiatique, il évolue dans un cadre nécessairement médiéval, et il est entouré d'un groupe avec lequel il détruira le Mal et sauvera le monde. Tout est plus haut que nulle part ailleurs : le manichéisme, les enjeux, les implications morales. La High Fantasy est en quelque sorte la version exacerbée de l'Heroic Fantasy. 
 
La Low Fantasy 
 
À l'opposé de la High Fantasy, nous trouvons la Low Fantasy. Dans ce sous-genre, le monde réel communique avec un monde parallèle obéissant à des règles physiques particulières à la Fantasy sans qu'aucun des deux n'aie conscience de l'existence de l'autre. Le voyage de l'un à l'autre n'implique pas un retour systématique. Les héros sont alors des gens comme vous et moi qui sont catapultés dans un univers onirique par l'intermédiaire d'un sas, comme l'armoire du Monde de Narnia. 
 
L'Urban Fantasy 
 
L'Urban Fantasy, ou Fantasy Urbaine, se déroule dans un contexte citadin, dont l'époque correspond à la fin de notre XIXème siècle, jusqu'à nos jours, mais la plupart des œuvres se situent dans la seconde moitié du XXème siècle et le début du XXIème siècle, très loin de l'ambiance médiévale des origines. 
L'Urban Fantasy apparaît dans les 1980-1990, et Moonheart de Charles de Lint, publié en 1984, en serait le fondateur. L'objectif est d'introduire le merveilleux de la Fantasy dans nos sociétés contemporaines afin de critiquer ses travers. Ce sous-genre exprime un rejet de la modernité pour un retour au merveilleux, à la magie de l'enfance où tout est possible. Ces créatures sont généralement refoulées dans les sous-sols, aux frontières du monde réel, hors de la vue des adultes et de leur rationalité déshumanisante, ou coexistent parmi eux, mais de façon cachée, anonyme. 
Le genre tutoie là aussi le Fantastique à travers la quête d'un monde surnaturel dissimulé du réel. Mais, contrairement à la Dark Fantasy, cette confrontation n'est pas synonyme d'effroi. 
Quand le cadre n'est pas la ville, on parlera uniquement de Fantasy Contemporaine. 
Lorsque les créatures et la magie ne se cachent pas, on le classera plus volontiers dans l'Uchronie de Fantasy, sous-genre de l'Uchronie. 
 
La Bit-Lit 
 
La Bit-Lit (dérivée de Chick-Lit, Littérature pour Filles), ou Littérature Mordante (en référence aux vampires), est considérée comme un sous-genre de la Fantasy Urbaine. Née dans les années 2000 et popularisée par Twilight de Stephenie Meyer, ces récits mettent en scène une héroïne, humaine ou pas, confrontée au surnaturel et aux préoccupations de la vie quotidienne dans nos sociétés contemporaines. Elle gère parallèlement une double existence par rapport à ces deux univers, l'un n'étant pas forcément plus facile à appréhender que l'autre. 
La romance est souvent présente mais pas systématique. D'autres éléments, notamment policiers et érotiques, sont susceptible de s'y greffer. 
 
La Romantic Fantasy 
 
Dans la Romantic Fantasy, ou Fantasy Romantique, l'histoire est centrée sur une relation amoureuse, féminine et poétique, teintée d'éléments de Fantasy. Elle est apparue avec le féminisme, dans les années 1970. 
 
La Fantasy of Manners 
 
La Fantasy of Manners, ou Fantasy de Mœurs, est apparu dans les années 1980 et a été théorisée par Donald G. Keller dans un article de revue en 1991. Ce genre "se caractérise par la présence d'un cadre social élaboré et hiérarchisé dans lequel le héros doit trouver sa place, si besoin en tirant avantage des structures existantes (généralement dans un environnement urbain), ainsi que par l'usage d'un langage très étudié, que ce soit par une grande préciosité ou par l'utilisation de l'argot" (source Wikipedia). Le ton est à la comédie de mœurs, qui "dénonce les travers d'une époque, d'un groupe ou d'une classe sociale généralement dominante" (source Wikipedia). 
Ce sous-genre est mal connu en France où il a été très peu traduit. 
 
La Fantasy Historique 
 
La Fantasy Historique se base sur une époque historique dont elle s'inspire profondément teintée de Fantasy, notamment l'existence de la magie. Ce genre est un entrelacs de vérité scientifique et d'aventures merveilleuses. Le défi consiste à rendre compte d'une période, d'être fidèle à son esprit, à sa culture, à son mode de vie, tout en introduisant des éléments improbables qui contreviennent à l'ordre naturel du monde, mais qui demeurent crédibles par rapport au contexte. 
 
La Fantasy Mythologique 
 
Comme dans la Fantasy Historique, la Fantasy Mythologique est fondée sur une vérité religieuse, la mythologie, qu'elle soit romaine, grecque, indienne, celtique, etc… 
 
L'Uchronie de Fantasy 
 
L'Uchronie de Fantasy se situe entre la Fantasy, le Roman Historique et l'Uchronie. Ce sous-genre s'inscrit dans l'histoire réelle à laquelle il apporte des divergences et des éléments de merveilleux. 
Précisons que l'Uchronie repose sur "le principe d'une réécriture de l'Histoire à partir de la modification d'un événement du passé" (source Wikipedia). De là naît un monde parallèle au nôtre qui aurait pu exister si cet événement avait effectivement eu lieu de cette façon. L'auteur s'applique alors à imaginer des alternatives possibles. Le terme, à la racine grecque, s'est forgé par analogie à l'Utopie (réalité idéale), et s'est construit sur l'association du "u" négatif et de "chronos", le temps, d'où le "non-temps". 
L'Uchronie de Fantasy revisite le passé, comme la Fantasy Historique, mais aussi le futur, au contraire de celle-ci. Néanmoins, la différence fondamentale entre Fantasy Historique et l'Uchronie de Fantasy réside à un autre niveau : un ancrage plus fort de la Fantasy Historique dans l'époque traitée. 
De leur côté, les composantes surnaturelles sont clairement acceptées par les personnages comme quelque chose de normal. 

Publié par Alexandre BORDZAKIAN le 9 novembre 2017
[< Retour] [Retour ^]